Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 09:30

thatgamecompany

 

Bonjour à tous,

 

Je viens de me rendre compte que je n'ai pas pris soin de vos oreilles depuis presque un an. C'est un scandale ! Pour me faire pardonner je vais vous parler d'un studio de développement américain qui n'a pas peur de nous emmener hors des sentiers battus, thatgamecompany. Fondé par Kellee Santiago et Jenova Chen, le studio s'est donné comme but d'abattre les barrières qui existent entre les hardcore gamers, les joueurs occasionnels et les non-joueurs. Leurs jeux sont des expériences sensorielles inédites qui ne laisse personne indifférent. Que l'on aime ou que l'on déteste, chaque personne qui s'est essayé à flOw, Flower ou Journey est revenue de son voyage avec des émotions particulières. Ce voyage musical est là pour vous faire toucher du doigt une partie des sensations que l'on peut ressentir en jouant à ces jeux. Vous avez votre casque sur les oreilles ? Alors c'est parti !

 

 

flOw - Bloom

 

En 2006, Jenova Chen publie en version flash flOw, qui se présente comme une simulation de vie pour un micro-organisme qui évolue dans les profondeurs. Le but du jeu ? Grandir et explorer les fonds marins. Aucune difficulté n'attend le joueur, il est simplement là pour admirer le paysage et développer sa créature. Surprenant à bien des égards, j'avoue m'être senti un peu perdu quand j'ai pris le jeu en main la première fois. Tous mes réflexes de vieux gamer ne me servaient à rien. Il m'a fallu quelques minutes pour me laisser embarquer dans cet océan de poésie. Car oui, n'en déplaise à certains, ce jeu est poétique et méditatif. Cet aspect d'ailleurs est soutenu en grande partie par la musique, composée par le talentueux Austin Wintory qui donne cette couleur si particulière au soft. Notez que la version PlayStation 3 du titre est sortie en 2007 sur le PSN dans le cadre d'un contrat d'exclusivité avec Sony.

 

 

Flower - Lazy Daydream

 

Deux ans après flOw, Jenova Chen surprend à nouveau le petit monde du jeu vidéo avec Flower, tout en restant ancré dans sa philosophie de départ. Le but du jeu, cette fois, est de contrôler une brise de vent pour déplacer une farandole de pétales pour parcourir les différents niveaux en pleine nature et ailleurs. Alors que flOw joue sur sa simplicité graphique, Flower fait un pari technologique avec la PS3, même si de prime abord ça ne se voit pas. Un joueur classique risquerait de se moquer de moi si je lui dis que la réaction de l'herbe est magnifique, mais c'est vrai. Flower est là pour vous détendre et vous relaxer tout en faisant passer un message écologique tout en douceur. Là encore, la musique du jeu composée par Vincent Diamante est là pour soutenir tout le reste pour fournir au joueur une expérience unique. En résumé, c'est une oeuvre d'art, tout simplement. 

 

 

Journey - Apotheosis

 

Troisième et dernier jeu réalisé en partenariat exclusif avec Sony sorti en 2012, Journey vous emmènera dans un magnifique voyage à la rencontre d'un peuple qui ne s'exprime qu'à travers des sons très furtifs. Le point fort de ce jeu réside dans sa compréhension de l'histoire qui est sujette à de multiples interprétations. Pour vous remettre en mémoire ce que j'ai pensé de ce jeu, vous pouvez lire l'article que je lui ai consacré il y a quelque temps. Depuis on m'a offert la version collector du jeu, en boîte, qui contient les trois jeux cités ici notamment. Pour charmer vos oreilles, c'est à nouveau Austin Wintory qui est à la baguette pour déployer une partition magnifique qui ne souffre d'aucun défaut par rapport à ce qui se passe à l'écran. Beaucoup de détracteurs lui reprochent sa faible durée de vie. A tort. Parce que chaque voyage est différent et une palette d'émotions particulièrement étendue peut vous traverser et vous étonner.

 

Thatgamecompany Team

L'équipe de thatgamecompany

 

A présent que l'exclusivité avec Sony est terminée, on peut se demander ce que le studio américain nous prépare. Ce que l'on sait, c'est que Jenova Chen veut développer ses futurs jeux sur de multiples plates-formes pour élargir le public pouvant être touché par les expériences atypiques proposées par thatgamecompany. Kellee Santiago, co-fondatrice du studio avec Jenova Chen a quitté le navire de manière amicale au moment de la sortie de Journey pour s'orienter vers d'autres projets. Et à l'heure actuelle, on en sait pas vraiment plus. Mais ce n'est pas un problème, bien au contraire. J'ai un message pour Jenova Chen et ses équipes : Allez-y, surprenez-nous et gardez votre philosophie de départ pour tenter de réunir tout le monde avec vos projets. C'est ça, l'essence de notre média. Contenter tout le monde et permettre à chacun de vivre des expériences uniques et magnifiques.

 

J'espère que le voyage musical que je vous ai proposé a été agréable pour vous et que les notes entendues vous ont rappelé des souvenirs.

 

Vidéoludiquement vôtre,

 

jenova-chen Utori

Published by Un Jour, Un Jeu - dans Musiques
commenter cet article
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 00:00

Super Mario Galaxy 2 up

 

Bonjour à tous,

 

Après avoir passé en revue les épisodes de Mario en 2D, il est temps de passer au crible les épisodes en 3D et le moins que l'on puisse dire, c'est que le virage a été bien négocié pour notre plombier italien préféré. Nintendo était auréolé du succès de la série depuis ses débuts et l'évolution technologique imposait à Miyamoto et ses équipes de se surpasser pour offrir le meilleur aux amateurs de jeux de plates-formes. Bien évidemment, nous allons traverser les différents jeux de cette période de la série Mario en musique, pour flatter vos oreilles attentives. A titre personnel, j"ai toujours un profond respect pour Koji Kondo, qui compose des OST toujours justes, d'une richesse assez incroyable. Je l'ai déjà écrit, je me pose la question de la succession de Koji Kondo car, au risque de choquer certains, ça fait un bail qu'il est là, donc je me demande qui prendra la relève. Mais nous verrons tout cela plus tard. Vous avez votre casque sur les oreilles ? Alors c'est parti !

 

 

Super Mario 64 - Inside the Castle Walls

 

En 1997, la PlayStation s'était bien implantée mondialement et Nintendo cherchait à reprendre le dessus. La Nintendo 64 avait été victime de plusieurs retards et les joueurs, dépités, s'étaient tournés vers la console de Sony, lassés d'attendre cette console qui devait tout révolutionner, puisqu'elle avait 64 bits de puissance dans le ventre. Notez qu'elle fut la seule à posséder cette puissance, (l'Atari Jaguar mentait sur ses capacités) puisque les consoles suivantes furent considérées comme des consoles 128 bits, bien que l'appellation était devenue un peu désuète. Super Mario 64 arriva au lancement de la console, comme souvent pour les consoles Nintendo dans le passé. Mario était là pour mettre sur orbite la console présentée avec le jeu qui allait avec. Dans cet opus, au-delà de la claque technique, la musique de Koji Kondo marqua les esprits instantanément. L'arrivée de Mario dans l'ére 3D n'y était pas étrangère, mais encore aujourd'hui, l'OST de ce jeu est gravée dans la tête de tous les joueurs de l'époque. Pari réussi pour Shigeru Miyamoto qui signe avec ses équipes un excellent jeu qui marquera son temps. 

 

 

Super Mario Sunshine - Warp Zone Music

 

En 2002, Nintendo était attendu au tournant après le succès de Super Mario 64, et c'est un euphémisme. Il en est ainsi pour les licences phares de notre média, comme Zelda pour Nintendo, Gran Turismo pour Sony ou encore Forza Motorsport pour Microsoft. Miyamoto et ses équipes se devaient de faire aussi bien sinon mieux pour ce nouvel opus de la série Mario. Malheureusement, l'accueil de Super Mario Sunshine a été assez tiède de la part des joueurs, un peu déroutés par l'ïle Delfino et Mario qui se baladait avec un jetpack rempli d'eau dans le dos. Musicalement, l'OST est bonne, mais aucun morceau n'est vraiment marquant, certains joueurs considèrent cet épisode comme le premier (et le seul à ce jour) faux pas de la licence phare de Nintendo (évitons de parler du Philips CD-I, ce serait être injurieux). Personnellement je n'ai pu y jouer que très occasionnellement et je ne peux pas avoir d'avis sur le jeu en lui-même. J'espère pouvoir mettre la main dessus un jour, car c'est le seul Mario que je ne possède pas.

 

 

Super Mario Galaxy - Wind Garden - Gusty Garden Galaxy Theme

 

En 2007, pour fêter les dix ans de l'arrivée du plombier italien dans la troisième dimension, Nintendo sort Super Mario Galaxy avec l'ambition de laver l'affront de l'accueil mitigé de Super Mario Sunshine. Miyamoto et ses petites mains se remettent au travail pour offrir au joueur une expérience qui le satisfera à tous les niveaux. Unanimement salué par la critique, l'emblème du jeu de plate-forme sur Wii fourmille d'idées de gameplay enthousiasmantes. Musicalement, la bande originale de ce jeu, entièrement symphonique est un bonheur pour les oreilles. Mario retrouve instantanément ses lettres de noblesse. Il m'arrive souvent d'écouter les musiques de ce jeu ainsi que celles de son successeur, Super Mario Galaxy 2 pour me détendre ou pour retrouver le sourire. Et ça marche systématiquement ! La magie de Nintendo avec la série Mario opère toujours. Et c'est une magnifique preuve de longévité pour une licence qui vogue tranquillement vers ses 30 ans d'existence.

 

 

Super Mario Galaxy 2 - Credits

 

Très honnêtement, après avoir joué à Super Mario Galaxy, je pensais que le jeu de plate-forme en 3D avait atteint une perfection qui ne pourrait jamais être surpassée. Eh bien lorsque Super Mario Galaxy 2 a débarqué sur Wii en 2010, j'ai compris que je m'étais lourdement trompé. J'ai eu la sensation que Super Mario Galaxy n'était qu'une ébauche à coté de son successeur. Musicalement, il surpasse magistralement son aîné. Pour le reste, c'est un jeu magnifique graphiquement, qui ferait presque douter que l'on se trouve sur une Wii en basse définition. La difficulté est accrue, les idées de gameplay fusent de tous les cotés. En un mot, c'est une réussite. Ce qui m'amène à poser la question suivante : Qu'est ce que Nintendo va bien pouvoir inventer pour le prochain opus canonique de la série Mario sur Wii U ? Peut-être aurons nous un début de réponse à l'E3 qui s'ouvre dans quelques jours ? Qui sait ?

 

J'espère que le voyage musical que je vous ai proposé a été agréable pour vous et que les notes entendues vous ont rappelé des souvenirs.

 

Vidéoludiquement vôtre,

 

super-mario-galaxy bottom Utori

Published by Un Jour, Un Jeu - dans Musiques
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 06:50

Super Mario All Stars up

 

Bonjour à tous,

 

Après avoir braqué les projecteurs sur Sonic, je vais régaler vos oreilles avec son concurrent direct (dans les années 90 tout du moins), à savoir ce cher Mario, le plombier italien le plus connu du monde, plus célèbre que Mickey Mouse aux USA. Le personnage emblématique de Nintendo qui s'appelait Jumpman à l'origine, dans le jeu d'arcade Donkey Kong où le gorille enlève Pauline (qui deviendra Peach plus tard). D'ailleurs Jumpman est devenu Mario en hommage au propriétaire des locaux de Nintendo USA à l'époque, Mario Segali (notez l'ironie par rapport à Sega). Selon Eiji Aonouma, qui s'occupe de la série Zelda depuis l'an 2000 et proche de Shigeru Miyamoto, Mario serait l'abréviation de "marionette", Miyamoto appréciant les automates et les théâtres de marionnettes. Le doute subsiste entre ces deux versions des faits. Mais je suis là pour vous faire découvrir les thèmes les plus connus de la série. Notons que je m'intéresse aux jeux en 2D, les jeux Mario en 3D viendront dans un prochain article musical. Vous avez votre casque sur les oreilles ? Alors c'est parti !

 

Super Mario Bros. 1 - Main Theme

 

Cette légende du jeu de plates-formes a-t-elle vraiment besoin d'être encore présentée ? Oui ? Bon, pour les plus jeunes d'entre vous, je vais présenter ce jeu mythique sorti sur NES en 1985 au Japon (pour mettre en évidence le temps qui s'est écoulé entre chaque sortie des jeux de la série, je vous donne l'année de sortie originale des jeux) a posé les bases de game-design de beaucoup de jeux, même en dehors de la la licence phare de Nintendo. Pour vous donner une idée du succès incroyable de ce jeu, sachez qu'il s'est vendu à 40 millions d'exemplaires. C'est un chiffre qu'il faut mettre en parallèle avec les 62 millions de NES vendues dans le monde, 2 possesseurs de NES sur 3 avaient acheté ce jeu. C'est encore à ce jour le jeu le plus vendu de la série. A noter que Super Mario Bros. 2 (Lost Levels chez nous) est une suite qui reprend les mêmes niveaux mais en plus difficile. Pour avoir essayé d'y jouer, c'est un cauchemar à jouer, sauf si vous êtes un esthète de ce genre de jeu. 

 

Super Mario Bros. 2 - Main Theme/Overworld

 

Ce jeu a une histoire très particulière. Sorti originalement en 1988 aux USA, c'est une adaptation d'un jeu japonais qui s'appelait Yume Kojo : Doki Doki Panic, sorti un an plus tôt sur Famicom Disk System (le lecteur de disquettes de la Famicom qui n'a pas franchi les frontières de l'archipel nippon). Miyamoto et son équipe ont décidé de changer les sprites des personnages originaux par ceux de Mario, Luigi, Peach et Toad, pensant que cela permettrait de meilleures ventes en Europe. La première particularité du jeu est là : le joueur peut contrôler quatre personnages différents, chacun possédant des caractéristiques propres. Le jeu s'étant très bien vendu, il sortira plus tard au Japon sous le nom de Super Mario Bros. USA, afin d'éviter la confusion avec la suite de Super Mario Bros. citée plus haut. Pour justifier les changements opérés par rapport au jeu d'origine de la licence, Shigeru Miyamoto inventera le fait que le jeu est en fait un rêve de Mario. Et vu l'univers utilisé, c'est plutôt crédible.

 

Super Mario Bros. 3 - Overworld 1

 

Ce jeu est celui qui pousse la NES dans ses derniers retranchements. La carte du jeu est conséquente, avec ces huit mondes à explorer, Mario peut voler grâce à la queue de tanuki (ou de raton-laveur, comme beaucoup d'occidentaux l'appellent affectueusement). Chaque monde est spécifique et les warp-zones ne manquent pas. Sorti originalement en 1988 au Japon, le jeu fût encensé par les joueurs et la critique, à tel point qu'aujourd'hui encore, certains joueurs débattent encore pour élire le meilleur Mario en 2D et le choix est difficile entre Super Mario Bros. 3 et Super Mario World, dont je vais vous offrir un extrait musical ci-dessous. Shigeru Miyamoto et son équipe ont bluffé les joueurs en passant du simple jeu de plates-formes à un jeu d'exploration, même si les niveaux en eux-mêmes étaient assez linéaires dans leur approche. 

 

Super Mario World - Overworld

 

Sorti originalement en 1990 au Japon pour accompagner l'arrivée de la Super Famicom (la Super Nintendo en Europe), je vous invite à relire ma chronique n°65 qui revient assez longuement sur ce jeu mythique qui a bercé l'enfance de tant de joueurs. J'ai parfaitement conscience qu'en guise d'article musical, je suis finalement revenu sur les premiers épisodes canoniques de la licence Mario, mais après tout, c'est une façon de rendre hommage au travail de Shigeru Miyamoto et son équipe. Musicalement, le travail de Koji Kondo est remarquable sur tous les titres présentés (je ne suis pas sûr qu'il soit à l'origine de la musique utilisée dans Super Mario Bros. 2, je préfère ne pas trop m'avancer à ce sujet). Le compositeur phare de Nintendo est sans doute le compositeur le plus connu du monde par les thèmes qu'il a composés, mais peu de gens connaissent son nom, même si les choses commencent à changer...

 

J'espère que le voyage musical que je vous ai proposé a été agréable pour vous et que les notes entendues vous ont rappelé des souvenirs.

 

Vidéoludiquement vôtre,

 

Super Mario Bros. 3 Utori

Published by Un Jour, Un Jeu - dans Musiques
commenter cet article
30 mars 2012 5 30 /03 /mars /2012 03:24

Sonic Select Music

 

Bonjour à tous,

 

Aujourd'hui, je vais rendre hommage à ma mascotte préférée, celle qui a fait que je vous parle aujourd'hui. Je vais vous parler de Sonic the Hedgehog (oui, je le dis en anglais, parce que Sonic le Hérisson c'est moins beau à écrire). La mascotte de Sega a déboulé dans la vie des joueurs un beau jour de 1991, si on prend comme point de départ sa première apparition en tant que héros vidéoludique. Je précise cela pour les puristes qui me répondraient que Sonic a fait son apparition au préalable dans un jeu d'arcade totalement oublié, Rad Mobile, où il ornait un pendentif qui était accroché au rétroviseur du véhicule conduit par le joueur. Je vous propose donc de revisiter la période Megadrive de Sonic, considérée par beaucoup de joueurs comme l'âge d'or du jeu de plate-forme chez Sega. Sonic a marqué durablement de son empreinte le paysage vidéoludique. Vous avez votre casque sur les oreilles ? Alors c'est parti !

 

Sonic the Hedgehog OST - Marble Zone

 

Le premier jeu de la saga Sonic sur Megadrive a fait l'effet d'une bombe lors de sa sortie en 1991. Alors que la Super Nintendo faisait ses premiers pas aux USA, Sonic arrivait à fond les ballons sur la console 16 bits de Sega, Alors que Nintendo sortait de son chapeau le magnifique Super Mario World, avec un plombier italien facétieux et plein de bonhomie et par définition assez lent dans ses déplacements, Sega proposait aux joueurs un personnage ultra-rapide, dans un jeu caractérisé par une fluidité exemplaire. J'étais très jeune à l'époque, mais je suppose que les joueurs adolescents ont dû avoir la mâchoire décrochée face à ce soft. Personnellement, j'ai découvert Sonic the Hedgehog après avoir joué à Sonic 2, pour des questions purement pratiques. Et comme j'ai fait le chemin à l'envers, j'ai pesté contre l'absence de Spin Dash dans le premier opus. Mais je m'y suis fait assez vite. Ce jeu fondateur est une réussite.

 

Sonic 2 OST - Aquatic Ruin Zone

 

Après le succès du premier opus, Sega ne s'est pas reposé sur ses lauriers. En 1992, soit un an seulement après le premier épisode de la série, Sega récidive avec Sonic 2. La firme japonaise se paie même le luxe d'une sortie mondiale pour ce jeu, fait rarissime à l'époque. Les développeurs de la Sonic Team ont mis le paquet dans tous les domaines : apparition du Spin Dash, une vitesse de déplacement accrue pour Sonic et une fluidité à l'écran revue à la hausse. Dans certains niveaux, Sonic donne l'impression d'aller plus vite que la Megadrive ! Une fois de plus le joueur en prend plein les yeux et les oreilles ne sont pas en reste. La musique de Sonic 2 remplit bien son rôle, accompagnant avec brio ce qui défile à l'écran. Même 20 ans après sa sortie, le plaisir de jeu reste intact. Evidemment cette dernière phrase n'est pas totalement objective puisque j'apprécie beaucoup le jeu. Mais je pense que l'on peut faire jouer un jeune joueur à Sonic 2 et qu'il s'amusera beaucoup. 

 

Sonic 3 OST - Carnival Zone Act 1

 

Il aura fallu attendre un peu plus longtemps pour voir arriver la suite des aventures canoniques du hérisson bleu (Sonic CD, sorti en 1993, a été développé par une équipe anglaise et non la Sonic Team) puisque Sonic 3 est sorti en 1994. Cette année là est considérée comme le paroxysme technique de la Megadrive et Sonic 3 en profite largement. Graphiquement le jeu est à tomber par terre, avec des couleurs qui claquent à l'écran et les musiques sont là pour accompagner le joueur avec une précision diabolique par rapport à l'action et les environnements dans lesquels évolue Sonic. En 2009, peu de temps après la mort de Michael Jackson, Sega et un proche du chanteur ont confirmé que le Roi de la Pop avait participé à l'élaboration des musiques du jeu avec son équipe sonore, ce qui ajoute une grande valeur au soft pour beaucoup de joueurs dont je fais partie, même si je ne suis pas un fanatique de Michael Jackson.

 

Sonic & Knuckles OST - Sandopolis Zone Act 1

 

Ce jeu a une histoire un peu particulière. A l'origine, Sonic 3 et Sonic & Knuckles n'auraient dû faire qu'un et sortir dans une seule cartouche. Mais pour des raisons de planning de sortie des jeux trop rapproché chez Sega, la Sonic Team décide de scinder le jeu en deux et de sortir Sonic 3 en début d'année 1994 et Sonic & Knuckles est sorti six mois plus tard, le temps de peaufiner le soft. Bien évidemment, le joueur qui a parcouru Sonic 3 n'a pas été dépaysé. Grâce au système Lock-On de Sega, il était possible d'enficher la cartouche de Sonic 3 dans la cartouche de Sonic & Knuckles, ce qui permettait d'enchaîner les niveaux des deux jeux sans s'arrêter. Pour les différentes combinaisons possibles avec le système Lock-On, je vous renvoie à la chronique que j'ai consacrée à Sonic & Knuckles où je détaille toutes les interactions possibles entre les différentes cartouches de la série. Les musiques de Sonic & Knuckles sont de très bonne facture, un vrai régal pour nos oreilles.

 

J'espère que le voyage musical que je vous ai proposé a été agréable pour vous et que les notes entendues vous ont rappelé des souvenirs.

 

Vidéoludiquement vôtre,

 

sonic collection bottom Utori

Published by Un Jour, Un Jeu - dans Musiques
commenter cet article
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 05:41

ME3FS

 

Bonjour à tous,

 

Aujourd'hui, je vais vous présenter une playlist tirée d'une série que j'adore, en l'occurrence la série Mass Effect. La musique, composée par Jack Wall, Sam Hulick et Clint Mansell entre autres. A noter que Clint Mansell est venu en renfort pour Mass Effect 3. Les jeux d'action-RPG qui nous intéressent aujourd'hui sont reconnus pour la richesse de leur univers ainsi que pour la profondeur du scénario qui les caractérisent. Je vous propose donc de voyager avec moi dans l'espace accompagnés par le Commandant Shepard. Personnellement, comme je l'ai déjà précisé dans différents articles précédemment, mon Commandant Shepard est une femme. Il serait intéressant de lire des statistiques sur la création des personnages jouables dans la saga Mass Effect à mon avis. Mais commençons notre voyage. Vous avez votre casque sur les oreilles ? Alors c'est parti !

 

Mass Effect OST - Liara's World

 

J'ai choisi cette musique pour deux raisons. La première, c'est que pour moi, elle symbolise le mystère que peut renfermer la galaxie dans Mass Effect. Le premier opus de la série, sorti en 2007 exclusivement sur Xbox 360 fût pour moi l'épisode de la révélation. Je vous renvoie à la chronique que je lui ai consacré il y a un petit moment. La seconde raison qui explique le choix de ce morceau pour caractériser Mass Effect est tout simple, c'est tout simplement parce que j'adore le personnage de Liara T'Soni. A tel point que mon Commandant Shepard est restée fidèle à la belle Asari pendant toute la trilogie. A bien y réfléchir, elle me semble très enfantine dans le premier épisode de la saga, puis elle s'affirme de plus en plus, en particulier dans Mass Effect 3, puisque son passage dans Mass Effect 2 se résume au DLC qui lui a été consacré (Le Courtier de l'Ombre) ainsi qu'une brève apparition sur Illium. (pardonnez moi le léger spoiler pour ceux qui n'auraient pas encore joué à ME2). 

 

Mass Effect 2 OST - Tali

 

Tali est un personnage très apprécié par les fans de la série. J'apprécie la philosophie des Quariens, notamment par rapport à leur mode de vie. J'ai beaucoup hésité à me lancer dans une romance avec Tali lorsque j'ai commencé Mass Effect 2 avec un Commandant Shepard homme (parce que oui, j'ai aussi tenté l'expérience) pour finalement décider d'avoir une romance avec Jack. Mass Effect 2 avait multiplié les possibilités de relations amoureuses avec différents personnages, ce qui est une bonne chose, quand on sait à quel point le premier opus avait fait polémique à ce sujet. Le puritanisme américain avait encore frappé, les associations américaines s'étaient offusquées sur le fait que le joueur puisse avoir une relation amoureuse et sexuelle avec un personnage alien. Personnellement, une telle situation de puritanisme me paraît ridicule et me fait sourire.

 

Mass Effect 2 OST - Suicide Mission

 

J'ai choisi deux morceaux de Mass Effect 2 (sorti en 2010 sur Xbox 360 et PS3) parce qu'il n'y a que trois jeux (pour la moment) de la licence Mass Effect sur console de salon. J'ai choisi ce morceau pour le coté épique qu'il transmet à nos oreilles. Il résume à lui tout seul la saga, au véritable hommage au savoir-faire musical de Jack Wall. Certaines musiques me font frissonner quand elles parviennent à mes oreilles, ce morceau en fait partie. On ressent une myriade d'émotions en entendant ces notes. Des images du jeu peuvent vous revenir en tête instantanément. C'est aussi pour cela que j'aime le jeu vidéo dans son ensemble. J'apprécie ce média pour les émotions qu'il est capable de transmettre au joueur. Que ce soit des sentiments positifs ou négatifs d'ailleurs. Quand on apprécie un jeu on se remémore certaines scènes avec délectation, mais on se souvient aussi des jeux que l'on a détesté, parfois avec douleur et parfois avec le sourire, avec le recul.

 

Mass Effect 3 OST - The Fleets Arrive

 

En attendant la chronique qui lui sera consacré, je vous offre ce morceau du dernier né de la série sur console de salon, qui a atterri chez nous en 2012 sur Xbox 360 et PS3. Ici, on sent qu'un soin tout particulier a été apporté à la musique, sachant que les opus précédents avaient déjà mis la barre très haut en matière de composition musicale. Je ne reviendrai pas ici sur la polémique qui court ces derniers temps sur la toile par rapport à la fin de Mass Effect 3, j'y reviendrai lors de la future chronique du jeu. Je me laisse le temps de parcourir le jeu de différentes manières afin de pouvoir livrer un avis complet sur l'épisode qui marque la fin de l'arc narratif du Commandant Shepard. J'ai déjà parcouru le jeu une fois, en le rushant un peu, il me reste à me plonger dans les méandres profonds du jeu. Je vous dirai ensuite si, à mon avis, Bioware a réussi à conclure son épopée spatiale en beauté ou non. Précisons également que les trois jeux sont également sortis sur PC.

 

J'espère que le voyage musical que je vous ai proposé a été agréable pour vous et que les notes entendues vous ont rappelé des souvenirs.

 

Vidéoludiquement vôtre,

 

Tali Utori

Published by Un Jour, Un Jeu - dans Musiques
commenter cet article
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 00:06

Bayonetta Wall

 

Bonjour à tous,

 

Aujourd'hui, je vais vous faire découvrir un style de musique que j'affectionne particulièrement, je vais vous parler de la musique Chiptune. A l'origine, ce mouvement musical se sert de la puce sonore de la Game Boy ou encore du processeur sonore du Commodore 64 pour composer des musiques originales mais avec les contraintes techniques imposées par ces puces. Il en résulte une scène indépendante et qui entend bien le rester. Si j'osais donner mon avis sur ce mouvement musical, la nostalgie des jeux vidéos des années 80 et 90 ont mené la réflexion de ces compositeurs de l'extrême. Puis, petit à petit, les compositions se sont diversifiées pour donner une palette de couleurs musicales assez large. Bien évidemment, ce n'est qu'un avis personnel et je voudrais vous faire découvrir quelques morceaux choisis. Vous êtes installés ? Le casque est bien ajusté sur vos oreilles ? Alors c'est parti !

 

Rymdreglage - 8-bit Trip

 

Ces deux DJ suédois ont fait parvenir à mes oreilles le mouvement Chiptune bien que le morceau présenté ici soit plutôt un hommage à la chiptune et aux jeux vidéo de la période 8 bits qu'autre chose. Même si le morceau date de plusieurs années, j'avoue le mettre en boucle quand il m'arrive d'avoir des envies nostalgiques quand j'écris mes articles au milieu de la nuit. Vous avez l'impression que je raconte ma vie ? D'un autre coté, cette playlist est faite pour vous faire découvrir mes coups de coeur.

 

Chiptune Compilation II

 

TheRealBlackspawn est un Youtuber qui s'est spécialisé dans la mise en ligne de compilations de chiptunes. Bien que ses compilations se font de plus en plus attendre (il en est souvent ainsi pour les contenus diffusés sur internet de manière amateur, regardez le rythme de sortie de certaines sagas MP3). Je ne me plains absolument pas du rythme en question, puisque généralement la qualité de travail augmente avec le temps d'attente. Pour en revenir à cette compilation, il est possible de télécharger séparément chaque morceau présenté pour ensuite s'en servir soi-même. Il m'arrive également d'écouter ces morceaux quand j'ai envie d'avoir la pêche.

 

Bayonetta OST - Mysterious Destiny (Retro version)

 

Le beat'em all de Hideki Kamiya, possède évidemment un charme particulier grâce à son héroïne, je vous invite à relire ma chronique sur le jeu que j'ai écrite il y a quelques mois pour vous en convaincre, mais il ne se résume pas uniquement aux formes avantageuses de la jolie sorcière. Bayonetta est un hommage aux jeux d'arcade de Sega que Yu Suzuki a développé avec talent (je vous laisse découvrir où sont cachées les références à ces jeux) mais dans la bande originale on trouve également deux morceaux principaux du jeu remixés à la sauce 8-bits du plus bel effet, Mysterious Destiny que je vous présente ici et One of a Kind. Les développeurs modernes sont, eux aussi, nostalgiques des jeux rétro.

 

Super Meat Boy OST - Forest Funk RETRO

 

S'il y a bien un jeu qui rend hommage à notre média, c'est évidemment Super Meat Boy. Là encore, je vous renvoie à la chronique que j'ai écrite avec amour à son sujet. De la tête aux pieds, ce jeu indépendant rend hommage aux jeux des consoles de notre enfance, que ce soit en matière de gameplay, de graphisme ou de musique. Super Meat Boy est un concentré de nostalgie à lui tout seul. Bien évidemment tous les morceaux présentés ne sont pas à proprement parler de la chiptune (je pense en particulier à Rymdreglage) mais j'avais envie de vous faire partager ma nostalgie des jeux des années passées.

 

J'espère que le voyage musical que je vous ai proposé a été agréable pour vous et que les notes entendues vous ont rappelé des souvenirs.

 

Vidéoludiquement vôtre,

 

SMB bottom Utori

Published by Un Jour, Un Jeu - dans Musiques
commenter cet article
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 00:00

 

HGW up

 

Bonjour à tous,

 

Aujourd'hui, on va changer de registre, après vous avoir fait découvrir des morceaux emblématiques de certaines consoles, nous allons nous arrêter sur quelques oeuvres d'un compositeur de musiques de films qui a oeuvré dans quelques jeux vidéo, je vais vous parler de Harry Gregson-Williams. Transfuge du studio Media Venture, le studio créé par Hans Zimmer, celui-ci lui a appris tous les outils nécessaires pour composer de magnifiques musiques de films. Harry Gregson-Williams a composé les musiques additionnelles du Prince d'Egypte, on lui doit également les bandes originales de la série de films Shrek à partir du second opus. Avec un palmarès de films assez étoffé, Hideo Kojima, créateur de la série Metal Gear Solid et grand cinéphile a fait appel à lui pour composer les musiques de ses jeux à partir du deuxième opus de la licence des MGS. Vous avez votre casque sur les oreilles c'est bon ? Alors c'est parti !

 

 

 

Metal Gear Solid 2 OST - Fortune

 

Après le succès du premier Metal Gear Solid sur PlayStation, Hideo Kojima était attendu au tournant pour la suite qu'il allait donner à sa série. Mais il semblerait que ce créateur fantasque, qui aime bien jouer avec les nerfs des joueurs avant la sortie d'un jeu, n'était pas vraiment rassuré lorsque son jeu est présenté en 2001 lors de l'E3. Mais heureusement pour ses nerfs à lui, les visiteurs du salon et les journalistes présents à l'E3 acclamèrent l'arrivée de MGS 2, à tel point que, lorsque le trailer du jeu était présenté, c'est à dire une fois par heure, le salon s'arrêtait de vivre et tout le monde regardait ces images avec émerveillement. Merci à JulienC d'avoir relaté cette anecdote dans les podcasts de Gameblog.fr.

 

 

Metal Gear Solid 3 : Snake Eater OST - Escape Through Woods

 

De toute la série, ce jeu est celui que j'ai le moins aimé, bien que scénaristiquement, il apparaisse comme le plus riche qui soit. J'ai eu cette sensation d'aridité dès le départ qui m'a envahi de la tête au pieds, de façon quasiment rédhibitoire. Je dis quasiment parce que j'ai acheté récemment Metal Gear Solid HD Collection sur PS3 et je compte bien essayer de m'y remettre bientôt. Comme j'ai presque fini MGS 2, ça ne devrait plus tarder. Kojima signe avec ce jeu l'apogée de sa série fétiche, de l'avis de beaucoup de joueurs. J'ai essayé la démo du portage de ce jeu sur 3DS et franchement, je le jouerais bien plus facilement sur l'écran de ma télé que sur la console portable de Nintendo pour une simple question de confort d'utilisation.

 

 

Metal Gear Solid 4 OST - Metal Gear Saga

 

Comme je l'ai déjà dit lorsque j'ai écrit ma chronique sur MGS 1 j'ai acheté les 4 Metal Gear Solid le même jour. Et je dois avouer que par attrait technique et esthétique, c'est MGS 4 que j'ai démarré en premier sur ma PS3. Et là j'ai pris une turbo baffe à travers la figure avec les cinématiques du jeu, qui étaient de toute beauté. Ce que j'ignorais à ce moment là, c'est que ces fameuses cinématiques allaient représenter plus de la moitié du jeu. Mais contrairement à certains joueurs, ça ne m'a posé aucun problème. Probablement parce que j'étais vierge de toute sensation préalable par rapport à la licence. Je reconnais à Kojima, avec le recul et après fini chaque MGS, le mérite d'avoir essayé de combler les vides scénaristiques laissés au fur et à mesure de la sortie de ses jeux. Pour moi MGS 4 est un très bon épisode de la série.

 

 

Prince of Persia : The Sands of Time OST- Main Theme and This is not an ordinary Dagger

 

Indirectement, Harry Gregson-Williams reste dans le domaine du jeu vidéo puisque cette musique est tirée de l'adaptation cinématographique de la série des Prince of Persia, crée par Jordan Mechner qui signe le scénario du film également. Même si, finalement, je n'ai fait que donner un avis rapide sur les trois jeux précédents, les musiques qui les illustrent montrent l'étendue du talent de Harry Gregson-Williams en tant que compositeur, mais cela montre aussi qu'il est possible de construire des ponts entre le cinéma et le jeu vidéo. Néanmoins, je fais partie des joueurs qui pensent que le jeu vidéo peut s'inspirer du cinéma ou d'autres domaines culturels, mais en essayant d'éviter de les singer inutilement. Chaque média a son identité et chacun d'entre eux doit cultiver cette différence qui fait son charme. C'est un peu pompeux, je l'admets, mais c'est ce que je pense.

 

J'espère que le voyage musical que je vous ai proposé a été agréable pour vous et que les notes entendues vous ont rappelé des souvenirs.

 

Vidéoludiquement vôtre,

 

HGW bottom Utori

 

Published by Un Jour, Un Jeu - dans Musiques
commenter cet article
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 00:00

PSone up

 

Bonjour à tous,

 

La PlayStation Vita est sortie hier en Europe et elle entraîne dans son sillage beaucoup d'espoirs pour Sony qui espère certainement qu'elle se vende mieux dans nos contrées qu'au Japon, où elle effectue un très mauvais début de vie. J'ai voulu profiter du braquage des projecteurs sur Sony pour vous emmener faire un voyage musical sur la première et néanmoins mythique console de la marque nipponne, la PlayStation. Avec 102 millions exemplaires vendus, elle a amorcé un changement profond dans le paysage vidéoludique en permettant notamment aux jeunes adultes de renouer avec leur passion adolescente sans complexes. Je vais présenter quatre morceaux mythiques tirés de la ludothèque conséquente de la PS1. Vous avez votre casque sur les oreilles, c'est bon ? C'est parti !

 

Driver OST - Tanner rencontre Rufus

 

Driver est une série qui a connu un destin atypique. Le premier opus, qui nous intéresse aujourd'hui est resté dans les mémoires, mais après ça, la licence a sombré dans le marasme le plus complet. Le retour en grâce a eu lieu grâce à Driver San Francisco dont je vous ai parlé sur le blog il y a un petit moment. Driver est sorti en 1998 sur PlayStation et ce que l'on retient surtout après y avoir joué, c'est la sensation de liberté de mouvement dans la ville de San Francisco. Ajoutez à cela la nervosité des courses poursuites avec ces rues en pente vertigineuses, qui permettent d'exécuter des cascades en bagnole de toute beauté, et vous obtenez un must-have de la PS1.

 

Metal Gear Solid OST - Main Theme

 

Y-a-t-il encore besoin de présenter Metal Gear Solid ? Oui, bon d'accord, pour les deux du fond qui n'auraient pas suivi, je vous renvoie à l'article que je consacre à ce jeu sur le blog. Comment parler de la PlayStation sans évoquer le chef d'oeuvre d'Hideo Kojima ? Et pourtant, croyez moi, je ne suis pas un fan absolu de la série. Mais ce jeu est une pierre angulaire de notre média à plus d'un titre. D'abord, on pense instantanément à la réalisation du titre, très cinématographique avec ses cinématiques parfaitement réalisées pour l'époque. Ensuite vient le scénario, toujours très travaillé par Hideo Kojima avec ces thèmes sous-jacents tels que la génétique et la transmission aux générations futures pour ne citer que lui. Décidément, l'année 1998 est une année faste.

 

Parasite Eve - Primal Eyes - Opening Theme

 

Ce jeu est assez nébuleux pour moi car je n'ai pas eu la chance d'y jouer. Je ne le connais que de réputation et aussi par sa genèse un peu particulière. Alors que Resident Evil, sorti en 1996, est un succès Capcom demande à ses équipes de plancher sur l'épisode suivant. En plein développement, Square débarque et débauche une partie de l'équipe de Capcom pour les faire accoucher de Parasite Eve. Ce survival horror teinté de RPG n'est jamais sorti officiellement en Europe au grand dam des joueurs mais sa réputation s'est faite grâce à l'import et à la presse spécialisée, qui a encensé ce titre. Cet engouement m'a fait acheter des années plus tard The 3rd Birthday sur PSP, qui est excellent lui aussi. Là encore, c'est l'année 1998 qui est à l'honneur avec Parasite Eve.

 

Castlevania : Symphony of the Night OST - Alucard's Theme

 

Alors que la PlayStation sonne l'arrivée de la 3D de façon tonitruante, bien qu'elle soit pixellisée, certains développeurs font le pari de sortir un jeu en 2D avec une identité esthétique forte. C'est le cas de Konami qui sortait en 1997 Castlevania : Symphony of the Night, qui reste pour beaucoup de joueurs l'un des meilleurs opus de la série. Je ne vais surtout pas prendre le risque de m'étendre sur l'histoire et la chronologie de la licence, tout simplement parce que j'aurais trop peur de dire des bêtises. Ce jeu est magnifique à tous les niveaux, la PlayStation étant parfaitement exploitée graphiquement pour rendre un hommage vibrant à tous les personnages du jeu. Castlevania est une série mythique, c'est évident, mais avec cet opus, elle atteint un sommet qui, à ma connaissance, n'a pas de nom. Au-delà du mythe, les choses ne se nomment pas.

 

J'espère que le voyage musical que je vous ai proposé a été agréable pour vous et que les notes entendues vous ont rappelé des souvenirs.

 

Vidéoludiquement vôtre,

 

Logo Playstation Utori

Published by Un Jour, Un Jeu - dans Musiques
commenter cet article
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 01:56

 

Megadrive II

 

Bonjour à tous,

 

Après avoir publié une petite playlist rendant hommage à la Super Nintendo, je considère qu'il est temps de rendre hommage à sa concurrente de l'époque, la Megadrive. Sortie en 1988, elle était la première à entrer dans la dimesion des 16 bits. Pendant deux ans (je prends en compte les dates de sortie des consoles au Japon), la NES qui lui faisait face faisait pâle figure bien évidemment, puisque ses performances étaient moindres. Mais trêve de bavardages, mettez votre casque sur vos oreilles. C'est bon ? Alors c'est parti !

 

 

 

Strider OST - Siberian Tunnel 

 

Strider est un jeu d'action qui est d'abord paru sur borne d'arcade, édité par Capcom en 1989, Hiryu en est le personnage principal. C'est un guerrier du futur (l'action se déroule en 2048) et il poursuit le sorcier Meio, qui, on le devine bien, a de mauvaises intentions. Le jeu a été porté sur toutes les plates-formes ludiques de l'époque et la version Megadrive est sans doute la plus réussie d'entre toutes. Capcom est entré dans la lumière pour la première fois avec ce jeu, quelques années avant le succès mondial de Street Fighter II.

 

 

 

Ecco the Dolphin : The Tides of Time OST - Fault Zone

 

Deux ans après Ecco the Dolphin, dont j'ai fait la chronique il y a un certain temps, Novotrade et Sega récidivent avec talent pour ce second épisode. Il s'agit toujours de faire évoluer Ecco le dauphin intrépide, mais cette fois il devra voyager à travers le temps, pour s'occuper de la Reine des Vortex qui, décidément n'arrive pas à se tenir tranquille. La musique de ce jeu est de toute beauté, donnant vraiment corps à un jeu d'aventure planant qui détonne toujours dans le paysage vidéoludique.

 

 

 

Kid Chameleon OST - Opening Theme : Ice Area

 

Kid Chameleon est un jeu qui approche dangereusement les limites de la torture psychologique. Avec ses 90 niveaux avec parfois différentes sorties qui peuvent soit vous amener à un niveau plus loin dans le jeu ou au contraire vous faire revenir en arrière, le joueur qui se risque à l'essayer peut très vite s'arracher les cheveux. Je l'ai inclus dans cette playlist parce qu'il a marqué l'histoire de la Megadrive, et qu'il est souvent comparé à Super Mario Bros. puisqu'il en reprend certaines mécaniques de jeu.

 

 

 

Cool Spot OST - Wall Tune

 

Il arrive souvent que l'exploitation d'une licence (de film, de dessin animé ou autres) soit mal vue par les joueurs parce que bien souvent cela donne lieu à des étrons vidéoludiques. Cool Spot fait exception à cette règle, bien que le charisme du personnage soit plus que discutable. Une capsule de 7UP avec des bras et des jambes affublée de lunettes noires, sur le papier ça paraît mal parti comme concept. Et pourtant, Le jeu développé par David Perry avec une musique de Tommy Tallarico (à qui l'on doit l'organisation du Video Games Live entre autres choses) est un excellent jeu de pate-forme. Comme quoi les miracles existent de temps en temps.

 

J'espère que le voyage musical que je vous ai proposé a été agréable pour vous et que les notes entendues vous ont rappelé des souvenirs.

 

Vidéoludiquement vôtre,

 

Manette MD Utori

 

Published by Un Jour, Un Jeu - dans Musiques
commenter cet article
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 00:47

Jzux SNES

 

Bonjour à tous,

 

Aujourd'hui, Je vous propose un petit voyage au royaume de la console 16 bits la plus vendue de sa génération, la Super Nintendo. Avec ses 49 millions d'unités vendues, elle a marqué toute une génération de joueurs, dont je fais partie. A travers ces quatre vidéos, j'espère vous rappeler des souvenirs et faire découvrir aux plus jeunes d'entre vous quelques unes des musiques qui ont marqué la console de Nintendo.

 

 

Secret of Mana - Opening Theme

 

Chaque joueur de SNES qui a joué à ce jeu verse une petite larme en entendant ce thème d'ouverture, composé par Hiroki Kikuta. Avec la série des Final Fantasy, Secret of Mana est une référence en matière de RPG de la machine de la firme de Kyôto.

 

 

Super R-Type - Solo Sortie

 

Je vous ai parlé de ce jeu il y a un certain temps, ce shoot'em up a servi de référence technique au début de la vie de la console. Malgré ses ralentissements notoires, ce jeu a bluffé tout le monde. 

 

 

Final Fantasy VI OST - Terra

 

Vous allez me dire que je reviens encore à cette série mythique, mais cet opus a utilisé tout ce que la console avait dans le ventre. Le soft est une suite de séquences cultes. Pour avoir joué à ce jeu dès le jour de sa sortie sur la Console Virtuelle, j'ai été transporté par ce jeu. Cette musique vous transporte-t-elle ?

 

 

Super Mario Kart - Battle Mode

 

Finissons cette playlist avec le héros emblématique de Nintendo. Mario se bat avec ses amis dans ce Battle Mode où chaque joueur doit préserver les ballons qui gravitent autour de lui au prix de toutes les fourberies. Super Mario Kart représente le jeu de course loufoque à lui tout seul.

 

J'espère que le voyage musical que je vous ai proposé a été agréable pour vous et que les notes entendues vous ont rappelé des souvenirs.

 

Vidéoludiquement vôtre,

 

Manette SNES Utori

Published by Un Jour, Un Jeu - dans Musiques
commenter cet article