Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 janvier 2014 7 12 /01 /janvier /2014 21:19
Lettre ouverte aux haters et aux trolls.

Bonsoir à vous, chers haters, il faut bien être poli pour commencer, c'est une question d'éducation. Je vous écris aujourd'hui pour vous dire tout l'amour que j'ai pour vous. La haine, sentiment si proche, ne m'animera pas. Jamais. Pas envers vous en tous les cas. Je me présente devant vous avec un sourire en coin. Vous savez, ce sourire narquois qui vous sied tant, derrière votre écran.

Je suis ici pour mettre quelques petites choses au point. Sachez que je ne le ferais qu'une seule fois, libre à vous de revenir me lire ici pour vous rafraîchir la mémoire par la suite.

Depuis quelque temps déjà, certains d'entre vous s'amusent à créer des comptes Twitter dérivés de mon nom civil ou de mon pseudonyme, que je n'ai pas renié, ni même mis au placard, c'est simplement une question d'évolution. Puisque la question s'est posée via certains MP et/ou remarques justement, je vais expliquer ce changement. Bien qu'à mon avis, cela ne vous regarde pas tant que cela, mais passons, prenez cela comme une justification plus ou moins nécessaire.

Si mes comptes sur les réseaux sociaux arborent à présent mon nom civil, c'est tout simplement pour simplifier ma communication depuis mon entrée sur Gameblog à la fin de l'année dernière. Pour que ceux qui apprécient mon travail (dont vous ne faites pas partie visiblement) puissent échanger avec moi plus simplement s'ils le souhaitent. Et ça s'arrête là. Tout ce que j'ai pu lire ou entendre su genre « Il se la pète et c'est pour se donner de l'importance » est faux. Notez que j'emploie volontairement des mots châtiés à ce sujet, parce que je n'ai pas envie de m'abaisser à un niveau de langage plus bas que terre pour vous faire plaisir.

Ce qu'il y a de drôle dans tout ça, c'est de voir votre endurance dans le temps et votre abnégation a entreprendre les mêmes actions inlassablement. Les fameuses créations de comptes Twitter plus douteux les uns que les autres, les montages photos que j'ai pu voir il y a quelque temps sur certains forums ou encore les messages privés que j'ai pu recevoir ces dernières heures. En résumé, je suis un abruti sans cervelle qui a couché pour réussir et se faire une petite place sur Gameblog, c'est cela ?

Même si c'est enfoncer une porte ouverte, il est évident que c'est faux. Et j'irais même plus loin : Si je suis aujourd'hui rédacteur sur Gameblog, ce n'est ni un accomplissement, ni une fin en soi. J'ai encore énormément de choses à apprendre, et à aucun moment, je ne considère ma place comme acquise. Mon écriture doit encore s'améliorer, et mes contenus évolueront au fil du temps, c'est indéniable.

Si l'envie de certains, en m'envoyant toutes sortes d'agnominies à la tête, est de me décourager et que je dise au rédacteur en chef de Gameblog que j'arrête l'aventure ici, vous vous trompez lourdement. Non seulement vous me faites de la publicité indirecte, mais en plus, vous me donnez envie de faire des contenus encore meilleurs ! Vous me prêtez une connivence très étroite avec Julien Chièze ? Même si c'est faux, puisqu'il est celui à qui je dois rendre des comptes, c'est tout de même flatteur ! Etre comparé à quelqu'un qui a roulé sa bosse plus de 15 ans dans le médium jeu vidéo, ça a quand même une sacrée gueule !

Pour conclure en beauté, il faut reconnaître qu'il y a une conséquence à ce bashing primaire de votre part, chers haters. J'avoue être plus prudent sur le contenu que je peux produire sur les réseaux sociaux. Certains me disent plus consensuel, moins mordant qu'à l'accoutumée. Soyons clairs : je n'ai jamais été mordant sur les réseaux sociaux. Ceux qui me connaissent personnellement savent que je peux être mordant en privé, mais c'est là, une fois encore, que les choses s'arrêtent. Pour exister, surtout sur le Web, il est inutile d'être vachard et violent. Je préfère avancer sans faire de bruit, à mon rythme, et continuer à écrire avec plaisir pour transmettre ma passion du jeu vidéo, simplement et sans arrière pensée. En tout dernier lieu (et surtout pour ne rien oublier), je suis parfaitement conscient que ce que je subis n'est rien comparé à d'autres qui ont une exposition médiatique bien plus importante que la mienne. Mais encore une fois, chers trolls, rien de ce que vous direz ne me fera arrêter d'écrire sur ma drogue douce préférée, le jeu vidéo. Ce médium restera passionnant à jamais et mon envie de crier mon amour pour lui restera intacte.

A bon entendeur,

Matthieu Meignan

Published by Kyl3as
commenter cet article

commentaires